Event

OBJECTIFS STRATEGIQUES DU GOUVERNEMENT DE CÔTE D’IVOIRE EN MATIERE DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS/TIC

  • 11-10-2017

DECLARATION DE POLITIQUECMDT-17, Buenos Aires (Argentine)

Ahmed Sako

Directeur de Cabinet Adjoint

 

 Mesdames, Messieurs Ministres et Chefs de délégation,

 Monsieur le Secrétaire Général de l’Union Internationale des Télécommunications

 Honorables Présidents de commissions, Délégués et Experts

 Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs

 

Permettez-moi de remercier, au nom de la République de Côte d’Ivoire, les autorités de la République sœur et amie d’Argentine pour l’accueil chaleureux et les excellentes conditions de séjour et de travail que vous nous offrez depuis notre arrivée dans cette belle cité de Buenos Aires.

 

De part le cadre, l’esprit et la chaleur qui nous réunit tous ici, cette septième Conférence Mondiale de Développement des Télécommunications (CMDT-17) en sera, assurément, un succès. Aussi, nous nous engageons à mettre en œuvre les décisions qui en découleront avec diligence.

 

La Côte d’Ivoire, pays d’Afrique occidentale, est membre de l’UIT depuis 1960.

 

Conscient de  l’importance des TIC et de leur poids grandissant dans notre PIB, le Gouvernement ivoirien  a mis un point d’honneur à développer et soutenir un écosystème numérique sécurisé, qui donne pleinement confiance aux acteurs, aux investisseurs et, de manière générale, à l’ensemble des utilisateurs.

 

Ainsi, dès 2012, le cadre légal et institutionnel a été rénové pour tenir compte des nouveaux enjeux, accompagner le déploiement de projets structurants et atteindre à la maturité numérique de nos populations. Ce sont les réseaux et services de télécommunications/TIC, la dématérialisation des services et procédures administratives ou encore l’accentuation des usages numérique et du capital humain que nous visons.

 

Nos aspirations, aussi fondamentales que légitimes, sont, je le pense, partagées par vous toutes et tous. Il s’agit du bien-être de nos populations :

  • fournir un Internet accessible à tous, à coût abordable avec des prix de l’Internet au détail en baisse significative
  • construire une expertise connue et reconnue à travers le monde
  • contribuer à l’émergence et au développement de nouvelles activités créatrices de richesses, génératrices d’emplois
  • favoriser une production accrue de contenus locaux au profit des populations.

 

Et, in fine de développer une économie numérique porteuse de valeur et de savoir en vue de l’amélioration du bien-être de nos populations

Au lendemain du Sommet européen sur le Numérique (sommet de Tallinn consacré au numérique du 29/09/2017), bien des enjeux de nos écosystèmes numériques auront été adressés. La Côte d’Ivoire n’est certes pas membre du l’Union Européenne mais la Côte d’Ivoire sait l’interaction, en tous temps, de nos sphères technologiques, économiques et sociales au travers des systèmes d’information.

 

L’impact de l’Internet et des TIC sur le développement économique et social de notre continent est d’une importance capitale et nécessite de persévérer dans nos efforts afin de tirer pleinement profit de ces ressources extraordinaires.

 

Il est indéniable que l’accroissement des capacités et l’amélioration de l’accès aux services à large bande stimuleront l’écosystème et contribueront au développement de la société mondiale de l’information, inclusive et transcendant les clivages traditionnels.

 

 

LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS/TIC EN CÔTE D’IVOIRE

Depuis plus de deux (02) décennies, le secteur des télécommunications/TIC en Côte d’Ivoire affiche une croissance régulière qui peut s’apprécier au regard des indicateurs à la fin de ce premier semestre :

 

Je vous donne ces quelques indicateurs non comme un signe que nos labeurs sont terminés mais plutôt comme une gauge de l’important travail qui reste à abattre

 

  • Sur nos 24 millions de concitoyens, près de 14 millions de connectés en mobilité,
  • 29 millions d’abonnés à la téléphonie mobile, soit un taux de pénétration du mobile supérieur à 100%
  • la mise en œuvre de nombreux eServices gouvernementaux  : payement des impôts, payement de frais de scolarité, permis de construire, dématérialisation des marchés publics (en dessous d’un certain seuil), portail de démarches administratives (avec d’ores et déjà 36 procédures dématérialisées, auxquelles 30 additionnelles viendront s’ajouter d’ici fin 2017 , et 20 autres au premier trimestre 2018), etc.
  • 200 000 emplois directs
  • une contribution au PIB de l’ordre de 8%.

 

Au plan international, au classement 2016 de l’UIT selon l’IDI  La Côte d’Ivoire fait ainsi partie du groupe des dix (10) pays ayant enregistré la plus grande progression de leur IDI ces deux dernières années.

       

LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR

Si le développement de l’Economie Numérique connait de nettes avancées sur le continent, force est de constater que l’accessibilité à Internet, les coûts et l’interconnexion demeurent des enjeux conséquents qu’il nous faut, ensemble, relever. La Côte d’Ivoire a fait le pari d’oser, oser rêver que les technologies, le numérique, et les prouesses de nos concitoyens porteront des fruits.

Ce rêve est en cours de matérialisation...  Les projets initiés par l’Etat de Côte d’Ivoire ont émergé, répondant à la fois aux ambitions nationales et aux exigences, assumées, de locomotive à l’échelle internationale.

 

Parmi ces projets, nous pourrions vous parler

  • du VITIB, zone franche dédiée au Numérique et aux Bio/Nano Technologies où coexistent déjà des entreprises Tunisienes, Indiennes, Françaises, Ivoiriennes,…
  • de l’Ecole Supérieure Africaine des TIC, Centre d’Excellence de l’UIT en matière de Cybersécurité ;
  • Le programme de maturité numérique avec notamment la Gouvernance Electronique (e-gouv) ;
  • la migration vers la TNT ;
  • la restructuration du marché des télécoms ;
  • le Système automatisé de contrôle du spectre
  • etc

 

Vous constatez donc qu’il s’agit là d’une Côte d’Ivoire « amoureuse » des Télécoms et des TIC qui a aujourd’hui le plaisir de partager avec vous ces quelques mots.

Cette passion, nous la partageons, comme je l’évoquais plus tôt, avec l’UIT depuis bientôt 60 ans !

Cette union se traduit par l’implication de notre pays dans les travaux de l’UIT, notamment au sein des commissions d’études et groupes de travail des secteurs Développement (IUT-D), la Normalisation des Télécommunications (IUT-T) et les Radiocommunications (IUT-R) ou nous sommes actifs à divers niveaux

 

 

En outre, la Côte d’Ivoire a pris une part active à l’élaboration des propositions communes africaines pour la dernière Assemblée Mondiale de la Normalisation des Télécommunications de 2016 (AMNT-16), ainsi que lors des travaux préparatoires de la présente Conférence de Développement des Télécommunications 2017 (CMDT-17).

 

Notre engagement au niveau national, régional comme international nous amène régulièrement à participer, activement, aux grandes rencontres de l’UIT, aux travaux de l’UAT, ou aux actions des institutions sous régionales.

 

 

Je puis donc vous assurer que la Côte d’Ivoire entend poursuivre le développement de son rôle moteur, avec l’ambition affirmée de devenir un acteur de référence dans le domaine.

 

Tout cela, nous le faisons avec vous tous, en considérant ce monde interconnecté dans lequel nous vivons, saluant les initiatives de nos pays frères. Vos pays ont œuvré au développement et à l’essor du Numérique ! La Côte d’Ivoire en a, par certains côtés, bénéficié. Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire souhaite à son tour, servir cette noble mission et contribuer, à une « success story » pour le Continent, pour la Communautés des Etats, pour l’UIT.

 

Notre ambition, nous la partageons avec vous toutes et tous comme nous l’avons fait en 1998. A nouveau, nous sollicitons votre suffrage pour l’entrée de la Côte d’Ivoire au Conseil de l’Union Internationale des Télécommunications en 2018.

La Côte d’Ivoire se propose ainsi de réaffirmer son engagement et son implication au sein de l’UIT, encrés que nous sommes dans les valeurs qui fondent l’action même du Conseil et de l’IUT, engagés à connecter le monde.

.

Je vous remercie

Actualité :